E-KYC - Episode 2 - REX RPA/RDA, Robotisation des contrôles réglementaires

November 20, 2019

Dans cette série d’articles, nous vous parlons du e-KYC et nous vous présentons quelques retours d’expérience.

Dans notre précédent article, nous vous avons présenté les leviers permettant de digitaliser les processus KYC, ainsi qu’un 1er retour d’expérience de mise en œuvre de ces leviers (RAD-LAD, Workflows, Gestion des pièces, …). Dans cet épisode nous allons nous focaliser sur un autre levier et sa mise en œuvre dans un environnement bancaire : la robotisation de contrôles réglementaires grâce aux solutions de RPA/RDA.

Qu’entend-on ici par robot ?

Les robots dont il est question ici sont les solutions de RPA/RDA (Robotic Process/Desk Automation).

Ces solutions permettent d’automatiser des séquences normalement exécutées par des collaborateurs : clics, copier-coller, collecte de données, calculs, exécution de règles de gestion, saisie de données, navigation entre plusieurs applications, ouverture / fermeture d’écrans, comparaison de résultats entre applications…etc.

Les cas d’usages pouvant être automatisés par ces solutions sont quasi infinis : répondre aux e-mails en récupérant des informations demandées dans des applications métier, générer des confirmations diverses, générer des bons de commandes ou des factures, modifier les coordonnées d'un client dans un CRM, initier une consolidation financière, orchestrer les traitements nécessaires à l'accueil d'un salarié, attribuer des droits d'accès aux applications, etc.

L’automatisation est basée sur l’application de règles prédéfinies qui s’exécutent au travers des applications existantes.  

L’alternative aux robots est l’utilisation d’APIs entre systèmes. Mais ces APIs ne sont pas toujours disponibles et les coûts d’intégration peuvent être importants.

Les apports de ces robots sont multiples (ROI, Qualité, Implémentation rapide, etc.).

Quels types de cas d’usage KYC déployer ?

Les cas d’usage KYC que nous avons déployés concernent la robotisation des contrôles réglementaires à l’EER pour les filiales internationales d’une grande banque :

·      Automatisation des interrogations Embargo/sanctions et PPE

·      Automatisation de la classification Risque

·      Automatisation de la création du dossier de validation

Ces cas d’usages ont été déployés à l’aide de robots attended (cf 1er schéma si vous ne vous rappelez plus la différence entre attended et unattended) développés avec la solution Contextor, une solution bien connue du marché (telle que UIPath, Automation Everywhere, Blue Prism…).

Les cas d’usage peuvent être multiples, à partir du moment où les processus KYC impliquent la répétition de tâches non complexes, les solutions de Smart Automation sont synonymes de gains considérables d’efficacité opérationnelle et de qualité des processus.

 

Quels facteurs clés de succès pour ce type de projet ?

 ·      Il faut statuer dès le lancement du projet les choix techniques structurants, tels que le type d’automatisation (Bot attended ou unattended), le type d’appels pour interroger les différentes applications (API vs IHM), les choix d’architecture.

·      Pour un lancement de projet efficace et rapide, il faut garantir dès le début la disponibilité de l’ensemble des applications et environnements utilisés dans le cadre des cas d’usage ; installées, configurées et accessibles avec tous les droits d’accès nécessaires à la réalisation des développements et des tests.

·      Une équipe mobilisée et coordonnée est indispensable, afin de garantir la bonne compréhension des processus et des outils locaux, ainsi que l’accès aux différentes applications nécessaires au bon déroulement du projet.

·      Il faut bien anticiper toute évolution et vérifier que cela ne génère pas de régressions. En effet, un robot permet d’automatiser les processus en agissant au niveau des interfaces graphiques. Ainsi les solutions de RPA/RDA sont très sensibles aux variations des applications, aux configurations des postes et environnements graphiques.

·      Il est clé d’anticiper les indisponibilités des applications dans le cadre d’un projet RPA/RDA et les intégrer dans le planning d’implémentation. En effet dès lors qu’une application utilisée dans le processus et sur laquelle il faut développer ou tester n’est pas disponible, alors le projet est bloqué.

 

En conclusion :

Les leviers présentés ici sont de réels accélérateurs de transformation et de gains pour les acteurs qui font face aux enjeux du KYC, notamment les banques. Il est important de bien réfléchir aux solutions à utiliser et de bien cadrer les méthodologies pour y parvenir.

Au cours du prochain article, nous vous présenterons un troisième retour d’expérience, la mise en œuvre d’un autre levier pour digitaliser le KYC : la mise en place d’un agent conversationnel en support des collaborateurs sujets aux transformations des fonctions KYC.

Si vous rencontrez les mêmes problématiques d’industrialisation du KYC et que vous réfléchissez à ce type de solution, n’hésitez pas à nous contacter, nous pouvons vous accompagner sur vos différentes phases de projets.

Si vous souhaitez être alerté de la sortie du prochain épisode, abonnez-vous à notre newsletter ! Ça se passe juste en dessous!

RETROUVEZ TOUS NOS ARTICLES
DANS VOTRE BOITE MAIL !
Merci pour votre inscription !
Oups ... Est ce une adresse mail ?
SEREZ-VOUS PRÊT À
RELEVER LE DÉFI ?
CONTACTEZ-NOUS